Bonheur en soi vidéo n°2

 

ou comment une idée du bonheur peut vous en détourner

 

Texte quasi-littéral

Bonjour à toutes et à tous,

et je suis très heureuse de vous accueillir dans cette nouvelle vidéo de cette série sur le bonheur que je vous propose.

Je vais vous rappeler un peu ce qu’on a vu dans la vidéo précédente parce que ça me semble important de le faire, dans la mesure où chacune des réflexions, des observations sur le carnet de bord d’Hector à la recherche du bonheur sont intrinsèquement liées  entre elles.

Et histoire de ne pas en perdre le fil, on a vu la dernière fois comment faire des comparaisons pouvait littéralement nous  gâcher l’existence.

Pourquoi ?

Parce que d’une part, quand vous comparez ce que vous avez

accompli, ce que vous avez dans la vie avec le voisin par exemple, ou

avec une sommité dans votre domaine, alors que lui, il a atteint des

niveaux et des résultats absolument stupéfiants, et que vous , vous

êtes là à vous dire et à regarder le chemin à parcourir pour en faire

autant, hé bien çà peut littéralement vous casser, vous décourager, non seulement, et puis cela peut vous amener à mésestimer votre propre valeur, la valeur de vos propres efforts et de votre travail.

D’autre part, on a vu comment le fait de comparer, de se laisser aller dans cette attitude de comparer tout et rien, plus ou moins que, mieux que, etc.. nous conduit à juger des choses et des gens, à s’en faire finalement une image réduite, et comment on part du principe à ce moment là, qu’on connait bien les choses, qu’on connait  bien les autres et qu’on se connait bien soi-même.

En fait, on part d’un préjugé qui nous empêche de voir la réalité de la personne  en soi, telle qu’elle est ou de la chose telle qu’elle est vraiment. Ce qui fausse totalement notre perception des choses.

Et le plus important pour finir, c’est qu’effectivement, cela nous empêche de nous ouvrir pleinement à notre compréhension de nous-mêmes, des autres, de la vie, des choses et de nous ouvrir aussi à notre capacité à nous aimer et à aimer .

Aujourd’hui, ce que je vous propose c’est de passer  donc à la deuxième observation qui est la suivante :

« Beaucoup de gens pensent que le bonheur c’est d’être plus riche ou plus important »

Alors je ne sais pas vous mais moi lorsque j’entends cette phrase, j’ai l’impression de nager dans le brouillard du réservoir des idées reçues de l’inconscient collectif,

dans la mesure où on a là une opinion généraliste, une certaine idée du bonheur qui en plus d’être très vague, il faut quand même le dire, hé bien elle est tout à fait incertaine déjà d’une part et elle ne restera qu’une idée du bonheur qui ne peut jamais être le bonheur en soi puisque quelque soit l’idée ou l’image qu’on se fait d’une chose, elle continuera à ne pas être la chose   en soi.

Il y a aussi comme çà tout un tas d’idées reçues, de fausses croyances  sur le bonheur, sur n’importe quoi, et le danger quand même, c’est de se laisser influencer par elles d’une manière très subtile sans même qu’on s’en rende compte, d’adopter ces idées toutes faites là  , et qu’elles nous éloignent de ce qui est vraiment important pour nous.

D’autre part, effectivement, on pourrait être attiré par cette idée d’être plus riche ou plus important.

Mais la question à se poser c’est :

Est-ce que nous devrions laisser notre bonheur en dépendre ?

Est-ce que nous devrions laisser notre bonheur dépendre  du fait d’être plus riche  ou plus important ?

Est ce qu’être plus riche ou plus important, est-ce cela vraiment qui importe  en plein cœur de notre bonheur ?

Et là, je vous demanderais de vous souvenir d’un moment  où vous avez été particulièrement heureux dans votre vie.

Est ce que vous avez  eu besoin d’être plus riche ou plus important à ce moment là, je veux dire ?!

Quand on est heureux, nous sommes comblés, riches, riches vraiment de toute la richesse et l’intensité de l’expérience que  nous sommes  en train de vivre.  Nous ne sommes pas dans la projection.

Il y a aussi là dedans cette projection et cette forme de dépendance fondamentale dans la recherche du bonheur, qui consiste donc  à rechercher le bonheur  dans un ailleurs vers un plus de ceci ou de cela, et il est évident que çà ne marche pas parce qu’encore une fois , on est dans une recherche extérieure.

Ce qui importe vraiment c’est de s’ouvrir dans le bonheur à la simple réalité d’être  ici et maintenant, heureux dans le bonheur de toutes les recherches.

C’est ce que j’avais envie de vous partager aujourd’hui et je vous dis à bientôt pour le troisième volet de cette série.

Merci de m’avoir écoutée.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge