Beauté et dictature du tango argentin

La dictature du tango argentin

tangoHier soir , j’avais besoin de me dégourdir les jambes. J’ai alors accepté d’ accompagner une de mes nouvelles connaissances, faire une virée  aux « jeudis de Nîmes ».

Je ne vous apprends rien sur le succès massif, ces dernières années des danses dîtes de salon , qui se voient maintenant réservées et enfermées dans des cadres et avec des codes qu’on ne vous transmet que  si vous payez… Soit, jusques là, tout va bien.

Seulement voilà,  maintenant quand la fête s’anime au village ou dans la cité, le programme des festivités est conditionné, apprêté de ces cadres et de ces codes.
A tel point que sur toutes les plus belles places de la ville, l’espace libre d’expression est abusivement rogné, pour ne pas dire réquisitionné de ces courants et tendances de loisirs de masse…. Excellente chose par ailleurs que beaucoup d’entre nous ont découvert ou découvrent les vertus et les plaisirs de la danse, aussi pour les écoles, je suis bien d’accord ….
Mais de là à ce que la fête se limite au tango argentin, aussi beau et sensuel soit-il, cela s’avère un peu étriqué à mon sens de la danse en liberté.
Nous avons eu la bonne idée de prendre les petites ruelles du centre et là, confinés dans cet encaissement y avait 2 blacks qui se balançaient avec leur instrument…j’ai pu les accompagner, ils étaient contents et moi donc de participer…ils étaient là, comme exilés, c’est vrai que la danse africaine n’a plus pignon sur rue.
Je danse la valse , le tango , le cha cha cha, le passo et le mambo depuis ma plus tendre enfance et depuis , dépasser les cadres, transgresser les codes en la matière est devenu une seconde nature…sauvage…. une seule règle, le tempo, l’harmonie .
Alors vous me direz qu’il faut bien apprendre..  que chacun apprenne ce qu’il veut… là n’est pas mon propos..
Je peux vous faire  » le lac des cygnes » ou le boléro de Ravel si vous voulez…Enfin non, ne me le demandez pas, çà serait contraignant qu’on n’a eu de cesse de me le commander et moi de m’exécuter à la demande de ceux qui choisissez pour moi, sur quelle musique je devais danser….Encore heureux, on ne m’imposait pas sur quel pied le faire….
Alors je danse aujourd’hui sous la pluie et avec elle, je peux bien faire des claquettes à minuit…ou bien alors chez moi à midi… c’est vrai que çà fait pas trop danse de société, çà n’encourage pas non plus les mondanités, je l’avoue… mais qu’importe les conversations stériles et les mots inutiles… I  dance…FREE !

2 réflexions sur « Beauté et dictature du tango argentin »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge