extraterrestre passé présent du futur 3

Regarder l'inconnu et l'extraterrestre comme le passé présent du futurVoilà le 3ème épisode de ma série de science-réalité.

Au cœur de l’illusion, du syndrome de séparation avait germé
l’idée d’un apartheid cosmique.

Subissant l’insaisissable,
si on en est là sur Gaïa, c’est la faute de GAU, Grand Architecte de l’Univers, clamaient certains.

 C’est le comble, et le risque de nous voir prendre sur Terre, des décisions fondées sur des bases erronées ; le risque que se justifie sous n’importe quel prétexte, la résistance séparatiste affirmant sa volonté propre, en tant qu’entité indépendante de son État d’origine, du Cosmos.

Et là, comme dit saint Saint-Exupéry :

 » Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible »

Si le karma des mondes faisait que la situation, si  aberrante sur Terre soit la résultante d’une erreur mathématique cosmocratique,

devrait-on pour autant subir cette inconnue comme fatale ? !
Alors qu’on peut saisir dans la vie cette chance, tant qu’il en est encore temps, d’apprendre, de connaître et de rectifier.

C’est en accomplissant son devoir Êtrique de subliminale contribution, qu’avec humour et grand art scientifique, l’extraterrestre, mieux que discret, se montre sage.

C’est l’imperceptible don du passé présent du futur !

Leurs raisons ?! Dieu sait qu’elles sont bonnes.
Leurs intentions ?! On n’en veut pas… bien comprendre la vraie nature et la portée, d’accord.

« Si on reste centré sur soi-même, on ne peut pas saisir la réalité » Mark Twain  et,

« A ne faire confiance qu’à soi-même, on se coupe vite des autres possibilités »

Un frein à nos rêves de conquête spatiale

A nos balbutiements, un peu lents, maladroits et encore un peu perdus dans l’espace infini, on s’impatiente, on aimerait aller plus vite, plus loin.

Mais le déni de la réalité, dans la vie, tant au niveau individuel que collectif, fait perdre du terrain sur le chemin de l’évolution, en nous privant d’une ouverture sur la profondeur de la vie.

Un premier pas face à l’inconnu extraterrestre, consiste à arrêter de croire que le mystère et l’ampleur de notre identité cosmique va se conformer à la petitesse, à l’étroitesse de nos moyens technologiques pour tenter de l’entrevoir.

   De cet attachement à nos limites, on cristallise  les barreaux d’une grille de perception exclusive, avec laquelle on voudrait mesurer ce qui sort du cadre de nos références et de nos connaissances actuelles.

Spaceidea

            « (…) des statisticiens de la Pennsylvania State University ont calculé, en 2011, que les probabilité pour que les ovni n’existent pas se réduiraient à moins d’une chance sur 200 milliards. « Ce qui ne prouve pas qu’ils existent » ont ils précisé. »  (Didier van Cauwekaert « Le nouveau dictionnaire de l’impossible », Plon, page 442)

Le vrai progrès, de mon point de vue, est d’admettre une bonne fois, l’évidence extraterrestre d’autres mondes habités, d’autres êtres qui, avant nous dans le passé , ont conquis l’espace.

Je reconnais que c’est un tournant pas facile à gérer sur terre, voire pour certains, difficile à digérer, mais on en a vu d’autres.

«Toute vérité passe par trois phases. D’abord elle est ridiculisée ; ensuite elle rencontre une vive opposition avant d’être accepté comme une totale évidence» Arthur Schopenhauer

De nos leçons en développement humain,  nous devons retenir que nier un problème, une situation trop difficile à accepter,  épaissit le mur au lieu de construire à la solution, un pont.

 L’heure est venu de tomber les masques !
D’arrêter de se croire civilisés et forts en oubliant qu’on a aussi besoin des autres.

 » la faiblesse de la force est de ne croire qu’à la force » Paul Valéry

Si  s’avouer désarmés face à la situation peut nous sembler constituer une faiblesse, ça reconnecte avec humilité à quelque chose de plus grand que Soi, que nous.

  Ça désencombre le canal énergétique des scories de l’orgueil, en fluidifiant l’échange extraterrestre au niveau du mental cosmique.

Comment avoir des inspirations extraterrestres

Dans cette transparence, nous recevons directement des informations, une aide concrète, une inspiration décuplée, comme poussés par un vent sidéral,  dans cette nouvelle ère de ressources inexplorées.

Extraterrestre : le signal

L’écoute se poursuit, visant au loin des exoplanètes dans des zones habitables de leur système.
Se serait-on mis en quête d’un signal ?! Va savoir.

On raconte qu’une équipe de scientifiques, associée à l’université de Californie sur le projet SERENDIP dirigée par Dan Werthimer, co-fondateur de SETI, aurait confirmé la réception d’un message long de 134 secondes en provenance de l’extérieur et qui ne ressemble à rien… ..de connu sur terre.

Les scientifiques l’auraient retranscrit en un code alphanumérique en fonction des variables de l’intensité du signal.

Ils disent qu’il pourrait s’agir d’une sorte de code Morse extraterrestre fort complexe qu’ils ne sont pas prêts de décoder.

 On dirait  qu’aux problèmes de détection s’ajoutent les difficultés d’interprétation.

 Toutefois, ils réussissent, on ne sait comment, à conclure que ce message nous serait bel et bien destiné, à nous les terriens.

Info ou intox ?!

En tous cas, j’ai beaucoup ri, en me moquant un peu, je l’avoue :

– » ils veulent un signal ?!, on va leur en donner un, ça va les occuper un moment, et puis ça peut  toujours faire avancer la lettre « 

Ne  manquez pas la suite,
bientôt dans le prochain épisode de cette série : extraterrestre passé présent du futur  part 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge