Le chainon manquant et l’énigme du Sphinx

Sphinx Egypte 1911
Sphinx 1911

par MarinaB

La croyance du chaînon manquant

Le chaînon manquant,  si c’est Nous, le moment est venu de ne  pas se louper….

Connaissez-vous la prophétie de  l’Atlante Ra-Mu ?

Une vieille inscription chaldéenne dans les anciennes  archives du temple de Lhassa (Tibet), écrite quelques 2000 ans avant le Christ  en parle.  En voici  littéralement quelques extraits :

« Lorsque l’étoile de Bal tomba sur le lieu où il n’y a plus maintenant que ciel et mer, les Sept villes avec leurs portes d’or et leurs temples transparents, tremblèrent et furent secouées comme les feuilles d’un arbre agitées par la tempête…………………
………………………………………………………………………………………………………

« Mu, sauve-nous ! criait la foule  à l’agonie qui tentait de se réfugier dans ses temples.
Le sage Ra-Mu répliqua : « Ne vous ai-je pas prédit tout cela? Vous allez tous périr avec vos serviteurs et vos richesses,
et de vos cendres surgiront de nouvelles nations.

Et si elles oublient qu’elles doivent être supérieures non pas par ce qu’elles acquièrent mais par ce qu’elles donnent, le même  sort les frappera. »

Répondons présents pour donner, car nous sommes la clé.

Ce chaînon manquant pourrait bien être caché comme « Dieu » lui même, le bonheur, la solution et la clé, à l’intérieur , là où nous ne pensons jamais le chercher.
S’il existait, il pourrait bien être ce que nous sommes aujourd’hui, un passage obligé vers de plus hautes possibilités.

Je, tu, il, nous sommes, vous êtes la Clé.

Lorsque vous le vivez, vous découvrez que la porte a toujours été ouverte et qu’il suffisait simplement d’apprendre à mieux nous connaître.

On entend  un peu partout aujourd’hui parler  de connexion à Soi, à la Source intérieure qui seule a le pouvoir de nous révéler.

Que sommes-nous prêts à entendre et à recevoir de ce que la Source a à nous révéler de nous-mêmes ?

Seul, élargir notre vision ouvre plus grande notre coupe.
Tout dépendra de notre niveau d’ouverture et de perception.

« C’est sur soi qu’il faut œuvrer, c’est en soi qu’il faut chercher » Paracelse

L’énigme du Sphinx

Si à la fin du tertiaire, des sages Atlantes, membres d’une société  scientifique secrète, après la catastrophe , s’étaient réellement établis dans le sud du continent africain pour migrer ensuite vers la Caire actuel, en Égypte ? !
et si sur ces terres du Nil , ils avaient établi leur Université et en face de celle-ci, le Sphinx ?!

Rappelez- vous la légendaire énigme du Sphinx ?
Qu’importe d’ailleurs la question, car seule ici la réponse nous intéresse  : l’Homme.

Seule notre capacité à répondre, notre respons-abilité  d’être prévaut  face« à la Vie , aux choses, aux êtres , et aux situations et nous ouvre les portes de la grande École du  Sphinx .

 

Notez bien que le Sphinx présente aussi,le plus souvent les attributs  de la Femme.
Se peut-il être que la réponse  au mystère de l’Homme   soit l’attribut de la Femme, de l’Éternel Féminin,  dans le sein de notre Déesse Mère, la Nature. Tout est dans la Nature.

Ce symbole de pierre est  gardien des 4 vertus nécessaires pour réussir,  l’examen d’entrée :
Le courage du lion, l’intelligence humaine, les ailes divines de l’Esprit et la ténacité du taureau.

4 vertus élémentaires  et élémentales:
Il n’y a pas de courage, ni d’intelligence humaine, ni d’Esprit, ni de taureau sans Feu, sans Eau, sans Air et sans Terre.

IMPORTANT

Ouvrez-vous entièrement !

Méditez

Et puisqu’il s’agit d’inverser la vapeur en tout et pour tout !
de dissoudre les fausses croyances et de révolutionner les dogmes,

si c’était le singe qui descendait de l’Homme ?!! 🙂
Je crois bien que  le chaînon manque dans tous les sens,  à la théorie  de l’évolution linéaire.

 

human évolution ?
human évolution ?

Le chaînon manquant:  un vide anti-scientifique

Je suis d’avis, après toutes ces années d’adopter aujourd’hui un point de vue différent, d’orienter plus constructivement  les recherches dans ce domaine.
Les outils et les données pour le faire  ne manquent pas.

A moins d’un défaut d’une réelle capacité d’investigation ou d’un mental  décrépi , ou alors d’une réelle volonté de désinformation massive,  je ne vois pas ce qui peut empêcher de considérer les faits et les  documents irréfutables de littérature et d’art très anciens:

Le Codex Borgia avec  son Atlanteotl  au Vatican, les manuscrits Maya de Troano du British Muséum ,  les stances anthropologiques  de la doctrine secrète de HP Blavatsky  et j’en passe…

Je n’ai rien contre les singes, croyez-moi, ni d’ailleurs contre Charles Darwin qui n’a rien affirmé en émettant une simple probabilité.

Néanmoins, il a bien mis le feu aux poudres. Un bouquet de théories  explose à l’époque  en réaction contre le clergé .
Ils paraissent bien décidés à démonter la Genèse Biblique.

Charles a  dit aussi que  « deux espèces similaires mais différentes, peuvent éventuellement se référer à un ancêtre commun, mais jamais l’une ne viendrait de l’autre »

les singes présentent des qualités remarquables d’adresse,
d’habileté et de souplesse enviables.

Un chimpanzé  en couche-culotte  est déjà venu une fois chez moi. Son maître me faisait l’éloge de son adresse au tir de pierres ou d’objet. Il précisait qu’un singe, lui, ne ratait jamais sa cible.

Pourtant, l’idée d’avoir comme ancêtre direct ou indirect, »un cousin » très éloigné ne m’avait jamais satisfaite.
A l’époque des polémiques sans fin, mon ego s’en est irrité.

À 7 ans, quand je sortais d’une « leçon de choses » à la  sauce

Darwinienne pour aller ensuite au cours de catéchisme,

m’ abreuver à l’épopée du Grand Amour Universel du Christ de

la Création,  j’étais, tout azimut à la fois fascinée et troublée.

Le summum , çà a été quand j’ai reçu  en premier prix de bonne

conduite, un livre: » Les héros de l’antiquité « 

Ne sachant plus alors à quel saint homme, demi-homme, dieu, ou demi-dieu  me vouer, j’ai commencé à  me questionner sérieusement sur le sujet et à échanger avec qui je pouvais.

Je réalisais mon premier interview  il  y a 38 ans de cela.
Je commençais par interroger un prêtre catholique.

Me voilà  partie, dans mon en-quête de sens et de nos origines.

J’ai pas pu interroger st Thomas d’Aquin que j’ai découvert par l’intermédiaire de l’ex-abbé Alphonse Louis Constant  devenu Eliphas Lévi. Je n’ai pas pu rencontrer physiquement ce dernier non plus. Pourtant, ils se sont avérés oh combien plus éloquents.

Nous avons aujourd’hui une pléiade de cousins simiesques qu’on s’efforce encore  de considérer comme des « ancêtres possibles, et dont on ne sait plus quoi faire, ni où et comment les ranger.
On qualifie aujourd’hui l’évolution de buissonnante.

Je trouve çà amusant ! mais intéressant…

L’origine de l’homme en est-elle éclairée, mieux connue, pour autant ?!!

Pourtant je me réjouis de cette avancée non négligeable. On ne tâtonne plus dans le linéaire,  on tâtonne maintenant dans le buissonnant ..

Pour notre paléontologie de surface, il ne s’agit pas vraiment encore d’un saut quantique.
Mais, plus qu’il n’y paraît, il y a là un vrai progrès :

Toutes ces lignées divergentes et buissonnantes » vont nous obliger lentement mais sûrement à regarder d’un nouvel œil , d’un regard neuf ces peuplades de l’Age de Pierre, comme n’ayant jamais  été ni le début, ni la fin du monde.

Chez les scientifiques comme ailleurs, on éprouve quelque difficulté à se débarrasser des habitudes de pensée, des limites et du conditionnement des fausses croyances.
C’est dire que se remettre en question prend toujours plus ou moins de temps.

 « l’habitude de la recherche scientifique rend un homme prudent quand il s’agit d’admettre une évidence »
Charles Darwin

Tous ses hominidés à moitié sauvages avaient leurs légendes et leurs rites. Il y a cette culture préhistorique qui ne peut, à mon sens jamais être le fruit d’une évolution hasardeuse, aussi buissonnante soit -elle..Charles nous dit qu’il s’agit d’une caractéristique sociale évoluée, soit.

Ces légendes et ces rites, ne seraient-elles pas  issues de traditions antérieures à l’Age de Pierre, les reliques de très riches civilisations disparues, les souvenirs ancrés, du moins ce qu’il en restait , d’un passé héroïque, d’un Age d’Or ?!

Ces peuplades ne sont-elles pas le reflet plutôt d’une involution, d’un déclin cyclique et mécanique dans la nature , comme dans la nature de toutes civilisations? !

La supériorité incontestable des dessins du paléolithique, les plus anciens  par rapport à ceux plus récents du néolithique  démontre  clairement cette altération.

Un bouleversement cataclysmique  au niveau planétaire est toujours le théâtre de migrations séparées de groupes d’hommes et de femmes  qui vont lutter pour survivre, coûte  que coûte. Souvent les uns sont restés isolés des autres errants perdus dans la nature, nus comme au premier jour.

Nul doute qu’à ce stade aussi, tout soit possible, et que  la loi de sélection naturelle, la loi des plus aptes  ait joué un rôle  de restructuration progressive et buissonnante. Il a bien fallu aussi trouver dans ces conditions, à se reproduire.  Qui sait, si cette épopée  n’a pas révélé  un  apprivoisement mutuel, quelque compatibilité sexuelle et génétique avec des  mammifères  aux similitudes évidentes;

Un noyau mieux informé, guidé a sans doute réussi à emporter  avec lui la  Science de Vivre dans les germes de  Co-naissance  en pleine conscience  d’un nouveau cycle d’évolution et de grande civilisation.

Nous sommes ici humblement invités à comprendre, qu’au plus profond de nous comme dans les entrailles de la terre qui n’a pas toujours eu le visage qu’on lui connaît aujourd’hui, il y a des paysages inconnus, des trésors extraordinaires qui n’effleurent pas même le chapeau d’un Indiana (Jones) au cinéma.

Théorie ou pratique de l'évolution

Sont-ils prêts de toucher la pelle de nos archéologues ?
à moins que cela ne soit l’inverse, que nos archéologues ne soient pas prêts à les toucher…

Peut-être notre humanité devra t-elle les mériter ?

On raconte que seuls les hommes d’une race future les connaîtront.

Ceux qui ne devront pas oublier d’être supérieurs non pas par ce qu’ils acquièrent mais par ce qu’ils donnent.

Nous avons, en quelque sorte la joie et le privilège de partager ses prémices dans les graines qui sont aujourd’hui semées, et  qui germent en nous en hommage à la « Divinité ».

Vous l’appellerez comme vous voudrez.

Ne trouvez-vous pas l’aventure passionnante ?

 

 

Téléchargez  le  PDF  la croyance du chaînon manquant et l’énigme du Sphinx

 

2 réflexions sur “ Le chainon manquant et l’énigme du Sphinx ”

  1. Cela confirme l’enseignement de Paracelse. Je signale, si cela intéresse quelqu’un, que la première traduction française des « Météores » de Paracelse vien de paraître. Cfr Beya Editions (Belgique).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge