A chaque instant libre d'être heureux

Libre de se sentir bien quoi qu’il arrive

Chacun de nous aspire à sa manière, à la même chose :

Jouir de son expérience, se sentir libre, se sentir heureux. 

Se sentir bien quoi qu’il arrive

L’autre jour, un aléa de la vie faisait que mes économies venaient de s’envoler.
J’aime autant vous dire que je me suis sentie contrariée.


Vous pensez bien que j’avais d’autre projets que de payer la note imprévue.

Je n’ai évidemment pas eu le choix de ce qui m’arrivait, mais je suis restée libre de choisir, en dépit des circonstances, de passer une bonne journée. C’est ce que j’ai fait. Ça a marché.

J’ai lâché cette histoire et le soir venu, ma chambre était rangée, mon lit était fait qui m’invitait à me reposer.
Je m’endormais  en paix.

Le lendemain, en y repensant, je ne voyais qu’une seule issue radicale à tout espèce de problème et autre tribulation, se sentir bien.
Il nous appartient de faire ce choix, car celui-là seul peut nous ouvrir toutes les portes.

Pourquoi s’en priver, alors que nous avons cette liberté ?!

 Ça paraît pas évident, surtout en pratique, c’est pas toujours simple.
Nous avons de cette liberté, perdu l’usage, la connexion spontanée.
Dans nos prisons mentales, nous oublions que nous avons les clés.

Se sentir bien sans raison est une liberté de tous les instants à reconquérir.

Les enfants ont certainement quelque chose de crucial à nous apprendre sur ce point. Ils ne vivent pas dans le passé, ne se soucient pas de l’avenir et s’ouvrent naturellement à la richesse, à la joie de l’instant.

Cette capacité d’apprécier chaque moment qui passe et sa journée, rester ouvert, ne jamais perdre de vue la valeur des choses pour disposer en toute liberté des richesses qu’elles recèlent, des nombreuses possibilités offertes est un art de vivre.

On peut élaborer toutes sortes de projets, prendre des résolutions dans le but d’aller mieux, de se sentir à l’avenir plus libre, plus heureux.
Mais c’est au présent que nous faisons ce choix de nous aimer chaque instant qui passe, de nous donner à nous-mêmes ce que nous souhaitons recevoir.
N’oublions pas d’être tendre, doux avec nous mêmes.
En partant de là où vous êtes, si vous le décidez, vous êtes toujours libre de redécouvrir à votre portée ce que vous aviez perdu de vue.

Il nous faut avec l’extérieur, appliquer la bonne distance, afin d’en limiter l’impact, d’éviter de devenir un problème, un ennemi pour nous mêmes.

Ayez conscience de l’interdépendance des choses dans la vie et de cette nécessité de bien comprendre la loi de cause à effet pour en maîtriser le jeu dans la meilleure attitude à adopter.

A ce propos  je vous recommande le  livre de Paul  Wagner  maître enseignant Zen  dont j’ai eu le plaisir de retranscrire une conférence organisée à l’école de la transformation profonde.

 

« Le jouet ou comment Briser les chaines du karma »  est un guide pratique de réalignement comportemental qui vous permet de comprendre et toujours appliquer la loi de cause à effet à votre avantage.

Qu’est ce qui vous empêche de vous sentir libre, de vous sentir bien ?

Libre de se sentir bien quoi qu'il arrive

Vous même.
On peut devenir accro à n’importe quoi,  même aux boulets que nous traînons, aux chaines de l’aliénation. L’ego aime s’apitoyer sur son sort, et pendant qu’il s’auto-justifie, il vous hypnotise, vous paralyse.

  • Notre champ d’énergie est souvent parasité servant de théâtre à toutes sortes de fascination.
    Nous devenons le jouet de nos désirs, de nos projets,  de ceux des autres, des pressions, des croyances, du passé; la marionnette de nos habitudes, de toute sorte d’inquiétudes.

Nous y sommes  inconsciemment attachés.
Ces liens entretiennent  une forme de dépendance psychologique aux phénomènes et aux objets.

  •  Les câbles de l’habitude  font de nous des automates un peu rigides  qui peuvent difficilement croire qu’ils ont le pouvoir de reprendre leur liberté, de choisir entre subir et créer en influençant consciemment leurs mondes intérieurs.
  • Nous laissons trop souvent notre bonheur dépendre de circonstances et d’éléments extérieurs, de l’opinion, des faits et gestes des autres, de notre compte en banque, de la pluie et du beau temps.
  • Nous sommes  habitués à nous sentir mal,
    dans l’insécurité face à certaines situations .
    Notre besoin de contrôle ne nous offre pas de répit.
    En opposant une résistance, Il génère une tension  bloquante. C’est pas fait pour nous détendre et faciliter le lâcher-prise.
  • Il y a la culpabilité souvent cachée qui vous fait croire que vous ne le méritez pas, que vous n’en êtes pas digne, que vous ne pouvez pas vous sentir bien, que vous n’avez aucune seule bonne raison de justifier un état d’être heureux en la circonstance.
    Elle vous fait vous juger vous-mêmes, vous sentir nul, vous déprécier.

Bref, la cohorte grégaire de l’ego, de ses programmes virulents peut vous submerger. Ils adorent les problèmes, se repaissent de toute faiblesse, s’infiltrent dans la moindre brèche de culpabilité, de  frustration, de peur, de  paresse, de colère et de haine.
Ils ne sont constitués que de cela.

La bonne nouvelle qui devrait vous faire sentir heureux, c’est que vous avez à chaque instant cette liberté d’en maîtriser le jeu, de dire non, d’arrêter de les engraisser.
Reprenez le pouvoir !
Soyez le maître à bord.

Prenez l’habitude d’inverser systématiquement la vapeur.

Je sais que nous avons vécu et traversons tous, plus ou moins des difficultés personnelles, relationnelles, professionnelles et financières.

Devrait t-on pour autant laisser ces difficultés régner en maîtres dans notre existence et nous gâcher la vie ?

La seule raison d’être, de l’Être heureux est l’Être lui même, libre de tout attachement.

  • Prenez chaque situation comme une opportunité de vous exercer. 
  • Adoptez de nouveaux réflexes, dès que vous vous sentez mal, agissez, faites quelque chose pour vous sentir bien.

Cela n’a pas besoin d’être compliqué.
Restez actif, créatif pour détourner votre mental.
Il  s’agit  dans un premier temps d’éviter les complications, de limiter l’impact négatif au niveau émotionnel, de ne pas se faire contrôler par les événements .
C’est ainsi que vous préserverez  votre énergie pour aller puiser dans vos ressources et tout transformer.

  • Vous verrez qu’avec un peu d’entraînement, vous vous sortez très vite d’un mauvais pas.
    Vous vous sentirez de plus en plus libre, en possession de vos moyens.
    De plus, vous allez apprivoiser votre mental, vous ferez de lui, votre coach le plus intime, qui saura vous encourager.

– «  Ça va aller, tout va bien,  »

Face aux situations rencontrées, je joue  à me poser la question :  » Si j’étais la Sagesse incarnée , qu’est ce que je ferai  en pareil cas?
Si j’étais l’Amour comment j’agirai ?

  • Pensez  toujours à  faire de la place pour laisser la Sagesse et l’Amour vous parler.
  • Vous êtes  libre aussi de faire votre lit, vous vous sentirez  dans votre chambre bien accueilli.

Partagez dans les commentaires,  dites-nous ce que vous faites pour vous sentir bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge