Participer à la respiration du monde

comment je vous fais un monde de la respiration

Laissez-moi vous faire de la respiration un monde, et vous inviter à ma manière, à envisager la vie en version augmentée.

 

C’est quoi participer à la respiration du monde ?

 

 A t-on vraiment le choix quand on sait que le monde respire, que la vie s’exprime, et aussi se transmet à travers nous ?

En fait, il existe une infinité de possibilités d’aérer l’atmosphère anxieuse des lourdeurs médiatiques et mortifères:

 leur tourner le dos en allant se promener, peindre, faire un yoga, un peu d’exercice, danser, chanter, méditer, faire un tour, de la musique, l’amour, un voyage, un geste, un compliment, un repas, un remerciement etc..

Tout cela facilite une respiration visant à satisfaire un vrai besoin, nourrir ce sentiment d’harmonie avec soi, avec l’autre, avec la vie.

 

Mais, selon le principe simple que tout influence tout, on n’a toujours que 2 options :

  • soit on contribue par notre propre évolution, à la respiration du monde
  • soit on l’appauvrit en limitant notre propre capacité à vivre et à aimer.

L’interconnectivité ou Les ponts de la respiration

 

On peut considérer la vitalité du monde interdépendante de notre propre capacité à respirer, à nourrir le déploiement de nos réelles possibilités, car la société n’est pas une entité abstraite séparée du reste qu’on peut seulement rendre responsable de tous nos maux.

Elle est l’organisation humaine, elle est ce que nous sommes. Sous cet angle, on peut comprendre que la cause d’un mauvais effet de serre sur terre réside aussi dans les limites de notre compréhension.

 

laissez moi vous faire de la respiration un monde

 

Tous les règnes dans la nature, y compris l’humanité, constituent ces organes de respiration et de digestion planétaire. Une quantité colossale d’énergie en provenance du cosmos est transformée sans cesse consciemment ou inconsciemment.

Dans nos échanges avec notre environnement, nous inspirons et recevons l’oxygène qu’apportent les arbres, et ceux-ci reçoivent et convertissent à leur tour le dioxyde de carbone que nous rendons en expirant.

 

  • Il existe différents niveaux d’échanges et de respiration,
    mais ils ne représentent que des aspects interdépendants, n’exprimant qu’une seule et même force cohésive de vie.

 

Le pouvoir de la respiration

 

  • La respiration dans notre physiologie, participe avec l’alimentation au fondement métabolique cellulaire du processus de création d’énergie,
    mais nous devons aussi réapprendre à respirer.
  • Même si le système nerveux végétatif se charge de gérer automatiquement cette fonction, le problème est que notre respiration reste trop superficielle.
  • Le résultat est que notre cerveau et l’ensemble des cellules de notre corps sont en permanence sous alimentés en oxygène.

 

  • Or, la respiration est la seule fonction du système nerveux autonome(inconscient involontaire) sur laquelle on peut agir consciemment.
  • Le manque d’exercice physique, de contact avec la nature, de respiration consciente fait que vous pourriez ne pas vous sentir aussi bien dans votre peau que vous le souhaiteriez ou pourriez l’être.
  • Ce qui empêche de goûter à travers le corps, à tous les bienfaits de la respiration et d’incarner joyeusement les réelles possibilités de notre existence.
  • Toutes les techniques de relaxation se basent sur ce principe. La respiration consciente agit directement sur le système nerveux en activant une régulation des fonctions neurologiques inconscientes. Cela a pour effet d’apaiser naturellement le corps et l’esprit.
La respiration psychologique et mentale

 

Cela concerne notre façon de subir ou de gérer les situations, les émotions et notre aptitude à l’indépendance psychologique et mentale face aux événements.

Par ignorance ou par peur, on ne s’autorise pas toujours ici à respirer correctement.

On est plus ou moins bon gestionnaire en fonction de notre capacité à appliquer des règles d’hygiène aussi dans ce domaine.

 En particulier concernant les attachements conscients ou inconscients:

  1. l’attachement à l’absence des choses que nous désirons
  2. l’attachement au rejet des choses que nous n’aimons ou ne ne voulons pas.

Ces tendances sont à l’origine de la plupart des limites et souffrances humaines parce qu’elles constituent une impasse. Elles ne peuvent pas mener à la satisfaction, au contentement.  C’est un cul de sac dans lequel il n’y a pas d’espace pour prendre soin et jouir des choses que l’on a, de soi.

Et de l’estime de soi dépend aussi notre approche du monde qui peut constituer une bonne part de nos problèmes de« respiration » parce que, si elle n’est pas juste, tout est faussé.


C’est mortel de s’oublier en retirant sa conscience et sa joie du sens et de la légitimité de sa propre vie et de celle du monde.

Le mot « ressourcement » peut alors prendre tout son sens: retour à la Source pour re-ssusciter plus de vie dans la vie.

C’est dans un nouvel espace d’oxygénation, que de nouvelles conditions et une régulation interne se produisent pour engendrer enthousiasme et énergie dans plus d’essentiel, d’amour dans notre vie.

La respiration de l’âme
Comment je vous fais un monde de la respiration 

 On peut ne pas avoir le moindre soupçon de cette respiration,
mais on peut concéder à l’inconnu le mérite d’être rencontré.

A la base, veiller à respecter les temps de repos est fondamental.
La relaxation complète du corps et de l’esprit, permet inconsciemment cette respiration.
Une harmonisation énergétique se produit par «
 ce qui sait en nous », des besoins de notre vraie nature.

Quand vous dormez,

il se produit bien plus de choses que vous ne le croyez et vous n’avez pas besoin de savoir comment cela vous répare.

Mais c’est un canal essentiel à libérer pour une écoute plus fine,
dans le fait de se rendre consciemment plus propice et disponible à cette relaxation et respiration.


C’est un pont à fréquenter sur lequel nous retrouvons le pouvoir de communiquer et
de nous accorder à une dimension plus profonde et spirituelle de la vie.

Les grands sages rapportent que l’essence de l’âme provient du monde des causes, le monde causal.

Elle est un matériau hérité, inné appartenant à une dimension qui remonte au plus obscur commencement de l’humanité.


C’est la partie invisible de l’iceberg qui recèlent à la fois les causes originelles des tourments de l’humanité mais également la connaissance des lois universelles de Création, et les attributs de la sagesse permettant d’engendrer de nouvelles causes ou conditions d’esprit en accord avec ses lois.

Cela peut paraître à certains totalement hermétique, voire complètement fou.

 Pourtant la notion de responsabilité, de comportement éthique joue un rôle déterminant dans notre niveau de motivation de comprendre la vie, l’énergie et ses lois, et d’entraîner l’esprit à des constructions psychologiques plus favorables à l’épanouissement et à l’évolution humaine vers un monde réellement plus inspirant.

Inspirer la vie

Il y a toujours un moyen de respirer plus large, vers une compréhension plus vaste du monde.
C’est le chemin de la connaissance et de la sagesse d’un amour plus puissant.

C’est considérer toute la richesse et l’universalité de la vie qui nous soutient de son intelligence et de sa beauté, par le don qui nous a été fait de l’exprimer et de l’inspirer.

« Un jour, la respiration devient plus réelle et concrète que toutes nos histoires » écrit Scott Peck dans le chemin le moins fréquenté

Porteuse à tous les niveaux, on peut la vivre au plus profond de notre être dans sa dimension cosmique.

La nature, contempler un lever ou un coucher de soleil peut inspirer ce sentiment de vastitude à notre respiration.


Mais c’est les yeux fermés que notre cœur se dilate d’une infinie gratitude pour la joie et le cadeau de servir l’évolution et la respiration du monde.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.