Respirez de l’intérieur dans l’infini….

Respirer intérieur/extérieur
Respirer intérieur/extérieur

Respirer de l’intérieur dans l’infini …

par MarinaB

«  Le premier travail du Yoga, c’est de respirer au large.
Et naturellement de briser cet écran mental qui ne laisse filtrer qu’un seul type de vibration, pour connaître l’infinitude multicolore des vibrations, c’est à dire le monde enfin et les êtres tels qu’ils sont, et un autre nous-même qui vaut mieux que ce qu’on en pense » Satprem dans Sri Aurobindo ou l’aventure de la conscience

Nous voudrions que cette fenêtre en nous, à l’intérieur s’ouvre pour toujours.


Pourtant , nous devons nous résoudre parfois à nettoyer encore les vitres, histoire d’y voir clair, de gagner en lucidité , en méthode et en rigueur..pour descendre dans notre propre cœur.

A chacun sa manière de respirer dans l’infini et chaque un a ses moments privilégiés, son ouverture particulière. Nul besoin pour cela, de faire partie d’une congrégation religieuse, peut-être même,
que nous n’avons pas de démarche spirituelle à proprement dite, qu’importe ,il s’agit de partir de là où nous sommes, d’où nous nous trouvons , d’un homme , d’une femme qui veut faire que «sa petite rivière, sa créativité coule vers l’infini ».

guerison-karmique.com

 

Larguons du lest, désapprenons et prenons le large en hauteur, comme en profondeur.
Prenons la responsabilité de notre attitude intérieure en toutes circonstances qui déterminera notre altitude.
Rappelons-nous qu’au delà de la méthode, quelque chose d’autre prend le relais et que tout ce que nous avons besoin de connaître et de savoir nous est révélé par la Grâce et des moyens parfaits.

laissez vous toucher à l'intérieur
laissez vous toucher intérieur/extérieur

«  la vérité et la connaissance sont un vain rayon , si la Connaissance n’apporte le pouvoir de changer le monde » Sri Aurobindo

Le silence et l’ouverture du mental intérieur ou universel

Dans notre culture occidentale, la fonction mentale« suprême » et intellectuelle constitue pour la plupart d’entre nous, un sommet d’évolution humaine et sans doute incontestablement une limite dans l’exploration des valeurs supra-mentales.
Et quand on parle de conscience, elle est encore perçue  comme une fonction mentale.
Heureusement , on dirait bien qu’aujourd’hui notre Yang planétaire communique mieux avec son Yin.
l’Orient et l’Occident s’interpénètrent mieux, alors que les frontières physiques, psychologiques et spirituelles se fluidifient  et que chacun touche l’autre de sa force et de son énergie pour nous laisser entrevoir un nouvel équilibre terrestre.
N’oublions pas que nous sommes un organe de la Terre. D’elle, nous ne pouvons jamais être séparés, nous ne faisons qu’un.

Il arrive encore de nos jours que certains disent: », lorsque j’aurais fini ceci , fait cela ,lorsque je serai retiré des affaires ou à la retraite, je me mettrai à pratiquer…je pourrai me consacrer à ma spiritualité, à mon développement..à ma pratique.
on sent bien ici cet effet de cloisonnement mental , on se coupe et on coupe la vie en 2 ; comme si notre organisation matérielle et le monde pouvait empêcher l’émergence des infinitudes de l’ Esprit, et contrarier l’exploration de cette vastitude.

On dirait bien que ce conflit  entre l’esprit et la matière est une création et une prison mentale moderne. Et quand je dis   « moderne », je veux dire obsolète dans l’histoire qui est en train de se faire et pour ceux  qui la font  en soubassement  du brouhaha de surface.

Y a-t-il aujourd’hui encore quelqu’un qui cherche un maître dans la dimension physique ailleurs , à l’extérieur ?
le vieil adage dit  « le maître apparaît lorsque l’élève , le disciple est prêt » il ne peut rien dire des conditions insaisissables de l’intime rencontre, de comment il ou elle, ou notre âme se pointe à l’orée de notre destinée.

Sachez qu’un maître pourrait bien être assis à la terrasse d’un café de Paris ou d’ailleurs , ou même peut-être en train de nous le servir sans que nous ayons cette capacité de le reconnaître, parce que notre vacarme intérieur est aussi assommant qu’opacifiant d’une part, et que d’autre part , nous ne captons pas les vibrations , ni n’attrapons les émanations qui sortent du cadre assez réduit du type de celles que nous nous sommes habitués à sélectionner , et avec lesquelles nous ne pouvons jamais accrocher que la même longueur d’onde toute notre vie.
Ceci constitue la gamme  vibratoire habituelle de nos schémas   qui limitent notre champ de perception mais aussi d’action.

Tel est le sort  aveugle de l’ordinaire.
Nous ne voyons pas, que ce que à quoi nous aspirons le plus est là, en tout temps , en tout lieu, au milieu de la foule même, dans la queue à la caisse du supermarché, à la poste…..
Nous pouvons littéralement respirer de l’intérieur dans l’infini que nous sommes, partout.
Mais Il nous faut accepter de voir comment nous vivons derrière tout un tas de barrières et que notre vraie difficulté réside dans le fait de croire que c’est  quelque chose de compliqué, d’inaccessible.
Quel triste  spectacle que celui de voir  toutes ces impossibilités, nos croyances se condenser au cortège rigide de notre  propre enterrement, de notre  vivant.

Vous pouvez lire ou relire  :   La dimension de tous les possibles

Si c’est fuir le monde qui nous tente , n’importe quel coin peut bien faire l’affaire ; une cellule aussi bien.
C’est aussi une erreur de croire que çà serait plus facile si les supers conditions de paix et de retraite en campagne solitaire étaient réunies, parce que tant que nous ne nous sommes pas résolus à briser nos structures calcifiées à l’intérieur , il y aura toujours quelque chose pour nous déranger dehors où que nous allions. Même dans un palace sur une île du pacifique, nous pourrions nous sentir très malheureux, parce que nous n’aurons pas « embrasser la nature entière dans sa splendeur » qui fait qu’alors nous pouvons être partout chez nous.

Un nouveau mode intérieur de Connaissance

Des signes qui ne trompent pas sont cette joie ineffable et l’infinie gratitude qui nous envahissent, cette conscience élargie dans la force , l’énergie et le courage qui nous animent alors que d’ « une intime et intérieure présence » , ici même, dans une autre dimension nous sommes soutenus et enseignés où que nous soyons, quoi que nous fassions, parce que nous sommes connectés à cet arrière plan,  et toute action devient méditation .

Si nous ne voyons toujours rien venir à l’horizon de nos mondes internes, en terme de ressenti, de respiration dans l’infini ,là où, avec les maîtres nous pouvons être, communier et rire en conscience unifiée, réunis, le moment est venu de faire le saut, de se lancer corps et âme. dans le silence de cette parfaite vacuité qui n’est pas une idée dans le vide difficile à attraper pour beaucoup, mais pleine ouverture, entière disponibilité… et « enseignabilité », je dirai même, où tout, dans cette immobilité mentale, nous vient avec légèreté, exactitude.

Alors, faisons de la place , créons l’espace, laissons le champ à l’Être, à la Grâce, à l’intelligence de la Lumière afin que se reflète libre à notre mental silencieux, « le royaume des cieux »

Voyez  que« Vous n’êtes pas nés pour une petitesse irrévocable, ni  bâtis pour de vains commencements »

«  Seul un lac calme peut refléter quelque chose »

Rappelons-nous que les plus grands, ne se sont jamais conformés aux règles habituelles, à un canevas préformaté .
C’est souvent en franc tireur , en explorateur et ce n’est pas, dans la majeure part de leur temps, ni dans la solitude, ni les jambes croisés, ni sous la direction d’un maître éclairé qu’ils se sont mis à l’œuvre et à la science de vivre.
Ils sont allés avec ce courage qui les caractérise, droit devant sans se soucier des chemins battus, après un plus ou moins bref aperçu des cartes pré-établies, dans l’agitation du monde. au beau milieu de la vie.
Ils ont tous à un moment crucial de leur évolution «  brûler leurs livres » pour aller respirer dans l’infini et se laisser inspirer au cœur des choses ,plus loin que le bout du monde.

Il nous faut dépasser et résoudre l’antinomie matière/esprit.
Sur la voie de la Connaissance , de Soi et de l’Univers, quelle que soit le chemin que vous empruntez, Il vous faut tout mettre ; l’intérieur/l’extérieur, l’action/méditation, le dedans le dehors,l’univers et le monde, la terre comme le ciel qui nous contient tous.
Elle est une totalité systémique, d’une unité immuable , du dehors qui est dedans partout, comme du bas qui est en haut, comme E=mc2 et inversement;
il n’est rien en ce monde qui soit en dehors d’elle , de la Nature, comme de la Vie elle-même, et de ce simple fait, il n’y a nulle part où aller en dehors du monde , de l’Univers ou de Dieu pour s’initier, respirer et se laisser inspirer.

Alors je lève mon flambeau bien haut à notre pratique inclusive et intégrale !

« Le secret perdu n’est pas une vérité théorique, c »était un réel pouvoir de l’Esprit sur la Matière »

« Le but n’est pas seulement de monter mais de descendre, pas seulement de filer dans la Paix éternelle, mais de transformer la Vie et la Matière, et d’abord cette petite vie et ce coin de matière que nous sommes » Satprem.

La force transformatrice descendante

 

« C’est Elle qui fera le travail pour nous , automatiquement( pourvu qu’on la laisse faire, elle qui remplacera nos énergies si vite essoufflées et nos efforts maladroits, elle qui commencera par où finissent toutes les autres voies, illuminant d’abord le sommet de notre être, puis descendant de niveau en niveau, doucement, paisiblement, irrésistiblement( notons bien qu’elle n’est jamais violente ; sa puissance est étrangement dosée, comme si elle était conduite directement par la Sagesse de l’Esprit) et c’est Elle qui universalisera notre être tout entier , jusqu’en bas »

« Pourvu qu’on la laisse faire »

Je suis partie!, êtes-vous partant pour ce voyage essentiel ? intérieur/extérieur, de  l’orient à l ‘occident , de l’alpha à l’oméga, nous sommes le voyage.

4 réflexions sur « Respirez de l’intérieur dans l’infini…. »

    1. Merci à vous Michelle pour votre commentaire ,
      un simple merci suffit à me réjouir et à me dire que vous avez aimé ce que vous avez lu. C’est l’essentiel !
      parce que si vous l’avez aimé, c’est que cela vous a donné quelque chose.

      Comment l’aurai-je su autrement ?
      Merci encore et à bientôt
      MarinaB
      MarinaB Articles récents…Je suis le Chemin, je suis le Voyage…My Profile

  1. Magnifique. Ce texte est le plus vrai et le plus beau qu’il m’ait été donné de lire. Merci, je me sens moins seule.

    1. Merci Anne pour ton appréciation.
      Je suis ravie que tu te trouves en affinité avec le texte,
      que tu aies été réceptive à son contenu, à sa vérité et à sa beauté.

      Comme je l’écris dans mon dernier article, c’est au travers d’un message, toucher au but de l’écriture que de réussir à transporter vers plus de beauté son lecteur, ou sa lectrice , aussi en l’accompagnant dans sa propre vérité.

      Ben à vous
      MarinaB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge