Sois un arc-en-ciel dans le nuage de l’autre

Vous connaissez certainement ces ambiances de rue où vous marchez sur le trottoir en paraissant un parfait étranger pour vos semblables. Affairé en  mode « Ego centré », chacun se croit séparé du reste et l ‘automobile en ville accentue ce sentiment d’isolement.

bienveillance, se mettre à l'affût des innombrables occasions d'apporter votre sourire, un geste, un mot gentil partout où vous allez
Ce phénomène a pour conséquence une dévitalisation environnementale où notre capacité à nous nourrir les uns les autres est dégradée.

Bienveillance partout où vous allez, souriez

Maitrï, associé à l’amitié, la fraternité est le terme sanskrit pour lequel bienveillance est une des traductions courantes. La bienveillance appartient aux 4 incommensurables ou « demeures de Brahma ».

Si la perspective d’un monde meilleur nous encourage à la bienveillance, l’égoïsme et la peur nous en prive.

La pression sociale, des choses à faire, la routine des habitudes asphyxient notre faculté de connexion à notre environnement et les possibilités de contact et de rencontre se font rares.

Il y a peu d’espace, de disponibilité pour ces échanges simples d’énergie que représentent un regard bienveillant, un mot gentil, un geste, un sourire.

Pourtant, aimer la vie, bien veiller à en apprécier toute la richesse, aussi sur le plan humain, implique de ralentir parce que les occasions sont en fait nombreuses, mais préoccupés, nous les laissons passer sans les voir.

Imaginer la bienveillance

Imaginez que nous fassions de nos courses en ville, des arcs-en-ciel.
Il fait bon partager quelques instants, vibrer joyeusement avec l’inconnu en toute confiance.
Cela ne prends pas plus de temps et rehausse merveilleusement la vibration du jour.

La bonne nouvelle, comme dit si bien l’Abbé Pierre, c’est qu’on n’a pas besoin d’attendre d’être parfait pour faire quelque chose de bien.

« Faire tout ce que nous pouvons pour vivre en accord avec ce qu’il y a de plus noble en nous ; car même si cela est faible en quantité, en force et en valeur, c’est de loin supérieur à tout le reste » Aristote

Aux micocouliers, aux platanes apportant fraîcheur, oxygène, beauté et pépiements sur les boulevards, je souris aisément tant que je reste capable de les apprécier.
Pourquoi ne pas les imiter ?

Et à ceux qui sont prêts à s’ouvrir un instant pour vous aimer, être une source de bénédictions.

Affronter la peur du rejet 

Le métier d’enquêtrice a été une merveilleuse école pour moi. L’inconfort dans la mission était présent, mais seule l’action malgré la peur en assurait le succès, parce qu’alors je pouvais éprouver cette sensation d’être vivante et créative, sentiment qu’aucune porte fermée ou refus ne pouvait plus éteindre.


Parce que j’ai persévéré, j’ai fait de belles rencontres.

Le plus difficile était de se lancer.

Aujourd’hui, si personne n’est là pour me donner une mission, la vie attend de moi que je m’en crée une.
Sinon comment  exercer mes talents et progresser ?

Je fixe à l’ordre du jour des messages, des pratiques de connexion et d’inspiration ou alors de « déconnexion » mutuelle.

Si vous avez vu le film de Coline Serreau, « la belle verte », vous vous souvenez du programme de déconnexion.

C’est un petit programme pour se bouger, sortir des sentiers battus. On développe confiance en soi, en la vie, en inspirant cette confiance aux autres.

Ne vous est-il pas déjà arrivé de croiser quelqu’un, de ressentir à son égard une insistance particulière comme si quelque chose vous poussait à aller lui parler, sans oser le faire ?
Un peu plus tard, quand vous examinez l’événement, vous vous dites :

« – flûte enchantée, pourquoi ne suis pas aller lui parler, lui dire simplement ce que je ressentais »

C’est avoir ce courage de prospecter, de sonder ce qui vous appelle, de rendre plus vivante votre expérience en rapport avec votre environnement.

 Susciter les circonstances de la bienveillance

Nous oublions, partout où nous passons, de susciter l’événement qui fait de nous un être en mouvement.

Dans la rue, avec les commerçants, la caissière, dans les salles, les files d’attente, dans le train, dans l’avion, un sourire, un mot, un geste de bonté, un service, crée cette parenthèse, source de partage, de bien-être et d’inspiration.

Cela n’a pas besoin d’être spectaculaire, mais demande un peu d’audace, d’être à l’écoute avec cette divine intention de rendre à la vie, plus de vie.

Restez attentif à ce qui se passe en vous et autour de vous.


Si vous avez ce feeling de parler à quelqu’un, si vous croisez la même personne en série, suivez le mouvement.

Quand vous osez le contact, que vous suivez votre élan d’aller vers les autres, vous servez le bien commun.

Vous devenez adroit dans la création de circonstances opportunes.

Devenez cette chance pour l’autre d’exprimer sa propre bonté, de relever le goût de la bienveillance dans sa propre vie.

Vous pouvez être cet arc-en-ciel dans le nuage de l’autre en exprimant votre intérêt.

Que sait-on du véritable impact qu’un compliment, un sourire peut produire dans un regard, une vie ?

Ce qui importe est de laisser circuler son énergie, à bon escient de façon constructive, universellement utile.

Parce que donner c’est recevoir, ça fait une sacrée différence, et la vie prend une dimension plus consciente et créative. 

Une stratégie simple que vous pouvez adapter à votre bienveillance

 

  • Quand vous sortez, même pour faire des courses, soyez prêt pour l’aventure.

Avant de partir, durant quelques minutes, dans l’église silencieuse de votre cœur, mettez-vous en condition.
Faites une courte méditation, imaginez pour vous aligner, les couleurs et l’esprit de votre expédition.
Mettez y de la lumière, de la conscience, de l’abondance et de la joie.

  • Engagez-vous à communiquer au minimum avec 3 inconnus pour dynamiser votre environnement en adaptant votre approche en fonction du contexte.

 

  • Si vous restez dans votre ville de résidence, privilégiez un quartier que vous ne fréquentez pas d’habitude parce que
    ça dopera votre élan.

 

  • Ne survolez pas. Prenez votre temps , ralentissez, respirez, regardez, choisissez une terrasse, offrez-vous un café, faites vous plaisir. Arrêtez-vous sur le trottoir,
    savourez l’instant en le faisant rayonner de plus en plus loin autour de vous. Observez.

 

  • Restez à l’affût des opportunités de contact et de rencontre. Soyez attentif à suivre votre inspiration.
    Elles sont partout, mais nous ne les voyons pas.
    C’est quand on commence à y porter notre attention qu’elles surgissent, et comme pour nous mettre au défi de passer concrètement à l’action.

On peut ne pas les saisir dans l’instant T, et la preuve en est que ce matin, la vie m’a permis d’observer avec le recul, 3 occasions ratées de m’appliquer.
Y a des jours avec et des jours sans.

  • Alors si  vous n’avez pas atteint vos objectifs de connexion, pensez à vibrer un mantra de bienveillance pour vous-même.

 

Découvrez gratuitement  » 3 secrets pour atteindre vos objectifs de vie » et restez connecté à chaque nouvelle publication sur le blog


Restez connectés à chaque nouvelle publication sur le blog Vos données sont confidentielles et nous n’envoyons aucun spam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge